Le droit d’auteur est il la seul solution pour protéger ses créations sur le web ?

À l’ère où la communication visuelle prend une place de plus en plus importante, et que le créateur d’image est amené à exposer ses visuels sur la toile, un débat autour du filigrane divise certains créateurs de contenus. Je pense aux artistes photographes, peintres, graphistes, qui produisent et partagent leurs œuvres à travers le web, que ce soit sur les réseaux sociaux ou sur leur propre blog. Pour eux l’image est le cœur de leur travail. Alors pour vous créateurs de tous poils.

Est ce bien utile d’insérer une signature ou un logo sur vos photos ?

qu’apporte réellement un filigrane sur l’image ?

Entre ceux qui pensent que c’est contre productif, et ceux qui préfèrent marquer d’un sceau leur image, qui a raison ? Apposer un filigrane sur son œuvre pour éviter le vol ? ou offrir l’ image telle quelle, au risque d’avoir à prouver d’en être l’auteur, en cas de vol ?  Avant de répondre à ces questions, voyons quelles sont les protections légales pour les auteurs des œuvres dites de l’esprit !

Quelle est la différence entre la propriété intellectuelle et le droit d’auteur ?

N°1 La propriété intellectuelle :

Nous allons nous intéresser à la propriété littéraire et artistique qui est une des deux branches de la propriété intellectuelle, l’autre branche concernant la propriété industrielle, (inventions, nouvelle technologie, nouveaux procédés, marques…etc). La propriété intellectuelle comprend les droits qui protègent un créateur de site internet, un auteur ou un inventeur en lui permettant d’asseoir sa légitimité en cas de litige. Pour le droit  concernant les images, photographies ou œuvres graphiques entre autres, c’est le droit d’auteur qui  protège l’auteur sous certaines conditions.

N°2 Le droit d’auteur ne compte pas pour du beurre !

Il assure la protection de ce qu’on appelle les œuvres de l’esprit, c’est à dire, les œuvres graphiques, musicales, littéraires et logicielles, les photos, vidéos…
Mais saviez-vous qu’une des conditions pour obtenir ce droit d’auteur est l’originalité de l’œuvre ? C’est à dire que l’œuvre soit une création de son auteur et non une copie ou une création basique comme une photo du quotidien, qui ne présenterait aucun intérêt artistique. L’autre condition c’est que l’image soit mise en forme car c’est bien le produit final qui sera protégé, et non l’idée qui aura permis son élaboration, ni son style !
N’oubliez pas que le droit d’auteur s’obtient au moment même de la création de l’œuvre, sans que l’on ait à procéder à un dépôt ou à une formalité. C’est donc en créant une œuvre originale, qu’on acquiert le fameux droit d’auteur. Ce droit devient moral et protège l’auteur définitivement, ce qui signifie que son œuvre ne pourra pas être modifiée ou publiée sans que son nom soit cité. Ce droit est aussi patrimonial pour donner à son auteur l’exclusivité de l’utilisation de son œuvre, et ce, jusqu’à 70 ans après son décès.
Quiconque enfreint ce droit en s’appropriant une image sans autorisation, commet une atteinte au droit moral et au droit patrimonial de l’auteur, et encourt des sanctions. Cependant un accord peut être trouvé si l’auteur donne son autorisation que lui seul est à même de délivrer par le biais d’un contrat. C’est le cas par exemple, des illustrateurs à leur compte, qui peuvent céder leurs droits d’auteur à leur client (presse ou éditeur…) pour lui permettre de publier ou de reproduire leurs œuvres, le plus souvent pour une durée limitée dans des conditions précisées sur le contrat.

Quelles sont les risques d’exposer ses créatifs à la vue de tous sur le net ?

On sait à quel point il est important de montrer son travail au plus grand nombre. Un photographe, un peintre ou tout autre créateur de contenus visuels, en partageant ses créations sur la toile pour les offrir au public, est conscient qu’il risque de se faire plagier ou voler son travail. Ce qui pourrait l’empêcher par la suite, de tirer bénéfice de l’exploitation de ses créations. Malheureusement beaucoup d’internautes, des particuliers mais aussi des entreprises, utilisent des images sans tenir compte des droits du créateur de cette image.
Il est devenu tellement facile de s’approprier les images et même de les maquiller par le biais de logiciels, en ignorant les droits de son auteur, ou en feignant de les ignorer. N’oubliez pas que céder à la facilité de ce vol pur et simple,  n’est pas sans conséquence pour son créateur. Ce genres de litiges sont fréquents, et se traitent devant la justice. Pourtant cela ne devrait pas être un frein, il suffit de rester vigilant !
Comme partout ailleurs, sur internet on n’échappe pas à la loi de la propriété intellectuelle.
il est interdit par exemple, de réutiliser le contenu d’un site ou d’un article de blog sans avoir demandé l’autorisation à son auteur.  Après avoir obtenu son accord, on aura le droit de republier ce contenu  sans le modifier et en citant son auteur.
 De même que l’auteur de contenu qui souhaite utiliser une image est tenu soit, d’ obtenir une cession des droits ou une licence d’utilisation de la photo, soit de trouver  des images sous licence Créative Commons, c’est à dire libres de droit, comme celles qu’on trouve sur les banques d’images.

Comment garder le contrôle sur les photos qu’on publie ? 

Malgré toutes ces précautions  il arrive que des images soient exploitées ou détournées. , et cela devient problématique pour l’ auteur qui gagne sa vie en faisant commerce de ses œuvres ou de ses reproductions présentées sur internet qui lui sert de vitrine. Cette vitrine, c’est inévitable, constituera une source d’ inspiration pour d’autres créateurs, et j’aurais tendance à dire que c’est tant mieux car il est plutôt bon signe d’ inspirer les autres. Mais ce qui pourrait être gênant c’est que cette image soit intégralement utilisée, diffusée, détournée ou pire exploitée, sans que le nom de son créateur ne soit mentionné. Mais pas de panique, il existe des solutions !

Le filigrane est il réellement une solution ?

Vous avez sans doute déjà vu un petit logo  ou une signature placés en transparence sur une image, parfois avec une répétition des motifs de manière à rendre la photo inutilisable.
Les avis sont partagés concernant ce procédé, et il y a deux écoles : ceux qui pensent que le filigrane,  s’il est discret et bien placé,  dissuadera de s’approprier l’image, tout en permettant de faire connaitre sa marque ou son nom.
Le logo renverrait ainsi à la marque. De nombreux artistes après s’être fait voler leurs images, optent pour cette solution. Le tout est de créer son filigrane avec un logo bien adapté pour représenter l’image de marque du créateur et son univers. Il sera un peu comme une signature, placé stratégiquement, idéalement au centre de l’image. Le filigrane serait alors être un atout pour promouvoir et permettre de se démarquer. Cependant l’image semblera un peu moins centrale que la démarche et l’identité du créateur.
Au contraire, d’autres artistes  pensent qu’un filigrane dénature l’image et  crée une interférence avec l’émotion que l’image est censée produire. Le filigrane devient un obstacle entre l’œuvre et l’internaute. Pour eux la photo ne doit pas être présentée comme un produit à vendre. Là encore tout est question de choix et de sensibilité. Sans compter que mettre un filigrane, ça prend du temps !

Avez-vous pensé à Google pour vous aider à faire-valoir vos droits d’auteur ?

Si vous avez un doute, n’hésitez pas à user de cette solution très pratique pour vous aider à identifier quel site aurait enfreint la loi pour s’approprier vos images. C’est la recherche d’image de Google qui me permet de voir où votre photo est susceptible de se promener, sans votre autorisation, sur internet. Si vous découvrez qu’un site vous a piqué  des photos, Il conviendra de contacter le site coupable d’avoir  utilisé vos images sans accord, afin de faire valoir le droit d’auteur. Sans réponse de la part du site, il sera possible également de déposer une requête auprès de Google qui vous prêtera main forte, car chez Google on est à cheval sur les bonnes pratiques !
Mon avis sur la question est que plus on montre ses créations sur internet, plus on se fait connaitre, moins on aura à prouver qu’on est bien l’auteur de ses images, car un grand nombre de personnes vous connaîtront ! Internet est vaste mais le positif dans l’histoire, c’est que ce qui nous semble inaccessible nous pousse à adopter la bonne stratégie et à nous surpasser !